Le réseau de chaleur bois

arbre_2

Les nombreux travaux de rénovation ou d’équipements nouveaux que nous avons initiés sur la commune, nous ont naturellement amené à réfléchir à un mode de chauffage alternatif et local.

En effet, dans un contexte global de réchauffement climatique lié aux effets de serre (principalement dus au dégagement de CO2 issu des combustibles fossiles), et dans un contexte d’augmentation du prix de l’énergie et de dépendance à l’égard des pays fournisseurs, il est essentiel de réfléchir à l’utilisation de nos ressources locales.

Pour une ville comme Voreppe, située à proximité de nombreuses zones forestières, les avantages d’un réseau de chaleur bois à Voreppe sont clairs :

  • d’un point de vue environnemental :
    • le bois présente un caractère renouvelable,
    • son bilan carbone est neutre (la quantité de CO2 dégagée lors de la combustion du bois est équivalente à celle absorbée au moment de sa croissance),
    • il est possible de valoriser des ressources locales en bois,
    • la combustion du bois présente une réduction en terme de CO2 rejeté de plus de 70% par rapport à la combustion du gaz, principale ressource actuellement utilisée pour le chauffage domestique,
    • les émissions de particules sont très faibles dans le cas d’une chaufferie au bois respectant les normes en vigueur (moins de 20 mg/Nm3, soit 10 à 25 fois moins qu’un seul poêle à bois domestique).
  • d’un point de vue économique :
    • pour les abonnés, les charges de chauffage et d’eau chaude issues des chaufferies bois sont généralement plus réduites qu’avec les autres sources d’approvisionnement, et moins sujettes à des variations au cours du temps,
    • la facture est bien moins dépendante de la source et donc de son prix, que pour les «énergies fossiles» (84% de la facture de gaz dépend du prix du gaz, contre seulement 50 % pour le bois énergie),
    • 45% des dépenses de fonctionnement vont dans l’économie locale, donc dans des emplois locaux non délocalisables.

En outre, cette décision permet de positionner le territoire comme acteur décisionnaire de ses choix énergétiques.

arbre_1

Les choix de réalisation

  • un projet intercommunal à double titre : il s’appuie d’une part sur le développement de la filière bois par la CAPV pour organiser l’exploitation du bois de notre région. D’autre part, nous avons travaillé le dossier avec Coublevie qui avait également un projet de réseau de chaleur, ce qui a permis de mutualiser une partie des tâches.
  • un approvisionnement en bois avec :
    • 75% de plaquettes forestières, dont 20% en provenance de la plate forme de Charavines, outil du Pays Voironnais.
    • 60% en provenance de forêts dans un rayon de 50 km et 100% dans un rayon de 80 km autour de Voreppe.
  • une gestion en régie, via un service public local industriel et commercial de
    production et distribution d’énergie calorifique, ce qui permet à la commune de maîtriser son évolution (notamment les prix de vente). Les investissements et le fonctionnement du réseau sont payés uniquement par ses usagers et non par la commune.
  • un réseau vaste, allant du Chevalon aux abords de l’hôtel de ville, qui desservira les écoles, les gymnases, les collèges et le lycée, la mairie, l’Arrosoir, le Foyer Logement et qui alimentera environ 800 logements, anciens et nouveaux.

Ces choix ont permis d’obtenir une subvention très importante de l’ADEME, à savoir 1,995M€ sur les 4,750M€ d’investissement nécessaires.

Berges_printemps

Ce contenu a été publié dans Developpement durable et Agenda 21, Les réalisations du mandat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.