La vidéo-surveillance : pour quelle efficacité et quel coût ?

surveillance cameraCertains pensent que mettre de la vidéo-surveillance constitue LA réponse aux problèmes d’incivilités ou d’actes délictueux dans une commune.
La réalité est bien plus complexe que cela et nécessite de s’interroger à la fois sur le coût de tels dispositifs et sur leur efficacité.

L’efficacité de la vidéo-surveillance

Depuis plusieurs années, ce point fait l’objet de nombreuses interrogations de la part des autorités de l’Etat. Les 2 derniers rapports en date sur le sujet sont :

Que disent-ils ?

Pour le premier, les en-têtes de chapitre sont assez explicites quant à son appréciation du bien-fondé de ces dispositifs :

  • Une absence d’efficacité pour faire baisser la délinquance sur la voie publique
  • Des résultats mitigés en matière d’élucidation

Sur le fond, le rapport du Sénat se prononce de la manière suivante :

La plus grande partie [des] études démontre que la vidéosurveillance, telle qu’elle a été jusqu’alors mise en place, ne permet pas de faire baisser la délinquance.

Quant au rapport de la cour des compte, celui-ci souligne l’absence de réelles données fiables venant démontrer l’efficacité des dispositifs de vidéo-surveillance en milieu urbain :

La France se caractérise par la quasi-absence d’enquête scientifique sur le sujet. Une seule étude a été menée par le ministère de l’intérieur essentiellement à partir des statistiques de la délinquance enregistrées à l’état 4001. Cependant, ses résultats contradictoires autant que sa méthode ne permettent pas d’en tirer des enseignements fiables. Les études menées à l’étranger ne permettent pas globalement de conclure à l’efficacité de la vidéosurveillance de la voie publique.

Aussi, pour apporter les éléments de réponses fiables demandés par la cour des comptes, le ministère de l’intérieur a décidé d’engager une étude indépendante de 16 mois. Ses conclusions devraient être rendues fin 2015.

Pour l’heure l’efficacité de la vidéo-surveillance reste donc, comme le titre le rapport du Sénat : sujet à caution.

Le coût de la vidéo-surveillance

Les coûts de la vidéo-surveillance sont très disparates selon le type de matériel utilisé et les dispositifs techniques et humains deployés derrière.

En effet, concernant le matériel, celui-ci va de la simple caméra fixe (offrant un seul angle de vue) à des caméras multi-axiales pouvant être téléguidées depuis un poste de contrôle.
Ainsi, le coût moyen d’investissement donné par le rapport de la cour des comptes est de :
7 570 € par caméra installée sans frais de réseaux importants et sans centre de surveillance urbain.
Toutefois, en tenant compte de ces 2 derniers éléments, le coût peut être porté à plus de :
100 000 € par caméra (il ne s’agit pas d’une erreur de frappe – cf. page 142 du rapport).

En ce qui concerne le traitement des images, les dispositifs vont de la simple armoire d’enregistrement ne nécessitant pas de personnel à la salle équipée d’écrans suivis 7j/7 – 24h/24 par une équipe spécialement dédiée à cette tâche.
Les coûts de fonctionnement varient donc là aussi dans des proportions très importantes suivant le type de dispositif qui, dans chacun des cas, n’apportent évidemment pas la même réponse en terme de réactivité (traitement différé de l’information dans le 1er cas et surveillance en temps réel dans le 2nd cas).

Dans le cas d’une équipe postée, le rapport de la cour des comptes communique le chiffre suivant en terme de coût de fonctionnement annuel pour la commune de Saint-Fons (69) :
477 600 € par an pour un dispositif de 24 caméras (p. 141 du rapport).


En conclusion : A l’heure où chaque dépense doit être examinée point par point au regard de ce qu’elle apporte à la collectivité, la question de la vidéo-surveillance mérite donc à notre sens une analyse plus fine que de simples déclarations de campagne électorale.

Tel est le sens de notre projet sur ce thème : « l’utilisation de tous les moyens techniques de sécurisation (vidéo-surveillance) en fonction de leur rapport coût/efficacité ».

Ce contenu a été publié dans Les sujets qui font débat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.