Stade Ernest PIGNEGUY : Concertation manquée et gaspillage financier ?

megaphone« Stade Ernest PIGNEGUY : Concertation manquée et gaspillage financier.
Cela a beaucoup agité les milieux sportifs cet été et plus particulièrement le club de foot; à tel point que le président en a démissionné. Qu’en est-il ? » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #02

FAUX et encore FAUX

Eh oui, qu’en est-il ? Le Président a démissionné car il était parfaitement en phase avec ce projet et que certains membres de son conseil d’administration voulaient conserver le terrain en herbe et avoir un synthétique. Ils le lui ont reproché.

Nous n’avons pas cédé à la tentation de répondre à la demande du toujours plus et avons opté pour répondre au besoin, en optimisant l’utilisation d’un équipement mieux adapté.

Pigneguy_Volouise

La concertation a bien eu lieu. Comme souvent il n’y a pas eu unanimité, et la municipalité a tranché sur la base d’éléments solides :

  • un avis favorable du président du club, élu représentatif
  • une qualité de prestation aux utilisateurs
  •  un choix économique de bon gestionnaire à court et long terme.

Le travail du dossier a permis de montrer qu’un seul terrain avec éclairage permettait sans problème le fonctionnement du club, même en cas de montée en division supérieure.

Depuis la réalisation du synthétique et son éclairage, le stabilisé n’est jamais plus utilisé. Là aurait été le gaspillage ! car oui, le coût de fonctionnement du terrain en herbe était bien de 50 k€ par an, lié à sa surface en herbe plus importante que la plupart des autres terrains (et qui seraient venus s’ajouter aux 10k€ du synthétique).

Le coût d’investissement global : 780k€ TTC incluant les études, la réalisation du terrain et son éclairage (voir tableau plus bas).

Un investissement bénéfique à un plus grand nombre d’utilisateurs : Les jeunes (plus de 60% des adhérents du club de foot en 2013) qui jouaient très peu sur le terrain d’honneur (pas éclairé, inutilisable en hiver et en cas de pluie), peuvent aujourd’hui y jouer quotidiennement. De même que les scolaires.

Un investissement source d’économies : En raison des économies faites sur l’entretien (-40k€/an par rapport au terrain en herbe), le coût de la moquette (275k€) est « amorti » en 7 ans. La durée de vie d’une moquette étant de 12 – 15 ans, c’est donc entre 200k€ et 400k€ d’économisés entre chaque renouvellement de moquette.

Autant de bonnes raisons pour ce projet approuvé, rappelons-le, en conseil municipal, à l’unanimité par la majorité et l’opposition (l’aurait-elle oublié ?).

Pour aller plus loin sur le sujet : l’étude comparative menée par l’Institut Régional de Développement du Sport, intitulée : Bilan environnemental comparatif des terrains synthétiques de football et des terrains en gazon naturel.
Ce document de 6 pages aborde les aspects Développement Durable de chacune des 2 approches (synthétique/herbe) suivant les 3 axes : économique, social et écologique.

Répartition des coûts TTC du terrain synthétique
Éclairage Mats et régulation 90 k€ 90 k€
Terrain Sol et drainage 332 k€ 690 k€
Synthétique 325 k€
dont Moquette 275 k€
Équipements sportifs (cages, tableau de marque…) 33 k€

megaphone« Une réduction drastique des espaces sportifs mis à disposition des clubs sportifs et des écoles. » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #02

FAUX

L’usage sportif reste identique à celui d’avant. Côté foot, comme énoncé plus haut, les entrainements des jeunes qui avaient lieu sur le terrain stabilisé se sont reportés sur le terrain de foot synthétique (à la grande satisfaction des utilisateurs). Le maintien d’un 1/2 stabilisé permet de conserver un terrain «ferme» pour les autres pratiques, plus exceptionnelles et/ou moins consommatrices d’espace, comme le kart à pédales lors des Voreppiades ou les boules.

Au-delà de la surface, c’est la disponibilité de l’espace de jeu qui a été grandement améliorée : le terrain de foot est éclairé et peut être utilisé tous les soirs, en toute saison. Ce n’était pas le cas avant et le terrain en herbe, fragile, n’était utilisé que quelques heures le week-end.

megaphone« Aucune vision d’ensemble des besoins des utilisateurs du stade (foot, rugby, tennis, écoles, etc.…) et aucun programme global d’aménagement » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #02

FAUX

Une étude complète (diagnostic, recueil des besoins et proposition de programme) sur l’évolution de l’Espace Sportif Ernest Pigneguy et le Parc Lefrançois, a été réalisée durant le mandat en concertation avec les sportifs et autres usagers (scolaires, familles).

Elle permet d’avoir une vision globale de ces espaces et de tenir compte de l’ensemble des demandes et besoins pour concrétiser les projets. Elle a d’ailleurs été intégrée au projet de restructuration du quartier de Bourg-Vieux et a aidé à la définition des espaces en lien avec le quartier (Parc, esplanade, aire de loisirs à proximité de l’école). Les premiers travaux commencent au printemps 2014.

Terrain_foot_synthetique_1

Ce contenu a été publié dans Halte à la désinformation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.