Absence d’une gestion anticipée ?

megaphone« Absence d’une gestion anticipée » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #01

 
FAUX

Nous avons mis en place tous les outils pour permettre d’anticiper et de mesurer les dépenses et recettes. Absolument rien n’existait en 2008 !

Dès 2009, pour s’assurer des possibilités financières de la commune nous avons mis en place le plan d’actions suivant :

  • Une prospective financière : gel de nos dépenses courantes et limite à 2,5% de l’évolution annuelle des dépenses liées aux Ressources Humaines, meilleure optimisation des recettes des services publics, généralisation du quotient familial (école de musique, garderie…) et coûts progressifs (lissés) pour les familles en fonction de ce quotient.
  • Un moratoire de quelques mois sur les investissements pour prendre le temps de la décision et s’assurer de nos possibilités réelles.
  • Un Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) permettant de mesurer et répartir l’impact des nouveaux équipements, à long terme, sur les finances communales tout en intégrant les dépenses de fonctionnement des nouveaux équipements.

Ces points sont venus s’ajouter aux économies déjà faites dès 2008 dans divers secteurs : plus de «table ouverte» pour les élus dans certains restaurants aux frais du contribuable (pratique courante auparavant), baisse des coûts de communication, réduction des coûts des festivités « pots », baisse du nombre de véhicules dont ceux du maire et du Directeur Général des Services.

En parallèle, nous avons décidé de sortir de situations précaires une partie du personnel ; situations qui étaient liées :

  • à des Contrats à Durée Déterminée à répétition pour certains,
  • à des contrats de quelques heures de travail pour d’autres,
  • et à l’absence de statut tout court ! pour quelques-uns,

résultats du clientélisme réalisé principalement durant les mandats successifs de M. Hannoun (1983-2001) avec L. Rémond comme Directeur Général des Services pendant 15 ans (responsable à ce titre de la gestion du personnel), et que l’équipe de F. Mathé a laissé en l’état.

Nous avons aussi remis à plat le système de primes, opaque et injuste.

Les résultats sont là :

  • Ressources Humaines (RH) : 1,7% d’augmentation moyenne annuelle de la masse salariale (ce qui est très peu au regard des hausses de charges patronales et des avancements de carrière portées par la commune), au lieu des 2,5% envisagés en début de mandat, résultant d’une diminution de 10 « Équivalent Temps Plein » en six ans (sur un effectif total de 180 ETP), obtenue principalement par le non remplacement des départs, et ceci, malgré les mesures évoquées ci-dessus
  • Dépenses courantes ramenées au niveau de 2002
  • Dépenses de fonctionnement (hors Ressources Humaines) : 0% d’augmentation depuis 2010.

L’autofinancement est maintenu.

La « 1ère phase » des investissements inscrits au Plan Pluriannuel des Investissements (logements Catherine Barde, mise en oeuvre du Plan Local des Déplacements, sécurisation des Balmes, entretien du patrimoine de la commune, refection de l’eclairage public …) a ainsi pu être réalisée sans recourir à l’emprunt.

Ce contenu a été publié dans Halte à la désinformation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.