La communication au service des Voreppins

journalL’information citoyenne a été une de nos principales préoccupations.

Parce que nous somme persuadés que l’accès à l’information, sous toutes ses formes, est une condition nécessaire à un débat constructif et éclairé, à une vie sociale riche et épanouissante, nous avons eu à cœur de fournir au quotidien des outils aux Voreppins pour qu’ils puissent s’informer.

Cela passe en tout premier lieux par notre journal municipal, le Voreppe Emoi.

Nous en avons fait un mensuel de 20 pages alors qu’avant 2008, les Voreppins n’avaient de l’information que tous les deux mois. Mais surtout un réel travail éditorial et rédactionnel a été mené afin de traiter de tous les sujets de notre commune de manière approfondie.

Voreppe_EmoiLes sujets d’urbanisme et d’aménagement, d’animation de la vie locale, de solidarité, de citoyenneté et Conseils de quartier, de développement durable sont à chaque fois présents dans le journal pour une vision complète et régulière de notre commune. Une rubrique « Intercommunalité » est également systématique, tant ce sujet concerne le quotidien des Voreppins.

Voreppe Emoi est imprimé à 4400 exemplaires sur papier recyclé avec des encres végétales. Nous avons mené un travail sur le format (retour à des dimensions standard, largement moins chères) et le grammage du papier, ce qui nous a permis d’augmenter la fréquence de publication en diminuant les coûts. Le coût 2007 était de 38 755 € pour 6 numéros/an. Il a été ramené en 2013 à 22 349 € pour presque deux fois plus de numéros (11 numéros/an).

Nous avons ouvert une rubrique de « courrier des lecteurs » et même si nous pouvons regretter que peu de lecteurs s’en soient emparés, nous avons eu l’occasion de l’activer quelquefois.

En 2008, à notre arrivée, la distribution du Voreppe Emoi était partielle sur la commune. Tout le monde ne le recevait pas. Nous avons mis fin au contrat avec le prestataire qui ne donnait pas satisfaction et avons ré-internalisé la distribution. Désormais tout le monde reçoit l’information (hormis quelques ratés ponctuels aussitôt corrigés dès que signalés).

En complément, nous avons créé et développé d’autres vecteurs de communication.

L’affichage dans la ville a été largement étendu et redisposé dans les lieux de passage (aux abords des écoles, gymnases, services, gare …). Nous avons passé un accord avec le Pays Voironnais pour utiliser les cadres d’affichage dans les abribus les plus fréquentés.

Le vecteur numérique a fait l’objet d’une attention particulière.

Nous avons un nouveau site internet depuis 2010 dont nous avons re-internalisé la gestion (plutôt que de payer des prestataires) et revu le contenu, tourné vers l’information quotidienne et dynamique, et non plus un site vitrine sans valeur ajoutée.

site_voreppe_2L’agenda des manifestations du riche tissu associatif Voreppin ainsi que les programmes du cinéma sont très largement utilisés.

Les associations et les commerçants/artisans disposent d’un espace sur le site leur permettant de se présenter. Pour certains, c’est leur seule présence sur internet, vecteur incontournable de nos jours.

Le site a été enrichi au fur et à mesure d’outils améliorant le service aux utilisateurs : formulaires comme la récente inscription en ligne aux temps d’accueil péri-scolaire (TAP), mise à disposition des éléments d’enquêtes publiques, contact par mail des services de la mairie, archives des délibérations du conseil municipal depuis 1996, lecture audio de celles-ci,…

Après cette première base technique en place, d’autres évolutions pourront désormais être travaillées. Et certaines sont en projet.

Nous avons également créé des lettres d’informations électroniques. Plusieurs ont trouvé leur audience. Par exemple :

    qrcode

  • Pour « l’instant culture » paraissant tous les 15 jours, ce sont environ 600 inscrits qui reçoivent l’agenda culturel.
  • Pour « l’info sport« , mensuel reprenant les calendriers sportifs des associations, ce sont environ 400 inscrits.

Les outils de reprographie de la mairie ont été largement ouverts au monde associatif car il est vital pour elles d’avoir des moyens d’accroître leur audience.

copyNous avons donc supprimé les quotas d’impression à l’accueil (100/mois/association) tout en surveillant finement l’utilisation et profitant des coûts en volume dont bénéficiait la mairie.

Nous ne pouvons que saluer les efforts faits par le monde associatif qui a su avec le temps rationaliser sa consommation tout en bénéficiant de plus de service. En 2013, la reprographie associative a été de 27 448 passages machine dont 25% en couleur seulement.

Voreppe est une ville de vie, où les habitants sont informés de sa richesse et où l’invitation à participer à la vie de la cité sur le plan sportif, culturel, associatif et citoyen, permet à notre commune de ne pas être une ville-dortoir.

Ce contenu a été publié dans La gestion de la commune, Une ville animée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.