L’école prise au sérieux

tableauLa réussite scolaire et la capacité donnée à nos enfants de réussir leur intégration sociale et professionnelle, s’inscrivent dès le début de leur scolarité.

Forts de cette analyse et conscients de la responsabilité de la commune dans l’organisation scolaire, nous avons, dès 2008, fait de l’école une de nos grandes priorités.

L’éducation est un domaine partagé entre l’éducation nationale, la commune et les familles. Une de nos premières actions a été de renforcer le dialogue avec les enseignants, les parents et le personnel afin de travailler tous ensemble.

Pedibus_2
Cette dynamique de concertation, étendue aux partenaires de l’enfance et de la jeunesse, s’est concrétisée sur de nombreux sujets (restauration, accueil péri-scolaire, carte scolaire, rythmes scolaires…) et par la création d’une instance ad’hoc « le conseil consultatif de l’éducation ».

La commune agit sur cinq grands domaines de compétence :

  • la restauration scolaire,
  • l’accueil péri-scolaire,
  • le soutien aux projets pédagogiques,
  • les bâtiments
  • le soutien à l’apprentissage scolaire.

Pendant 6 ans nous avons renforcé chacun de ces domaines, avec comme seule préoccupation, l’intérêt des enfants.

Le budget consacré à l’éducation a ainsi augmenté de 25%, passant de 1,6 à 2 M€.

logo_agenda_21

Nous avons renforcé notre soutien financier aux projets des enseignants en y intégrant une partie environnement – agenda 21.

Le montant de la dotation à chaque école pour les fournitures et les matériels pédagogiques, a été conservé intact malgré la baisse du nombre d’enfants.

Nous avons structuré l’organisation communale et professionnalisé les personnels municipaux, agents d’accueil péri-scolaires et agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) :

  • par la création d’une fonction de « responsable péri-scolaire » dans chaque école, créant un lien important entre les équipes pédagogiques, les parents et les personnels,
  • par le repositionnement des ATSEM auprès des enfants,
  • par un plan pluriannuel de formation pour tous les personnels.

logo_bio

En matière de restauration scolaire, nous avons élaboré un nouveau cahier des charges, rien n’ayant été fait en ce sens auparavant, afin que nos enfants mangent des produits les plus sains possibles, issus de l’agriculture locale bio et du commerce équitable [1].

En collaboration avec les parents d’élève, les tarifications du restaurant scolaire et de la garderie ont été modifiées pour obtenir des tarifs plus justes, adaptés à la situation financière de chaque foyer par la progressivité des quotients familiaux.

Enfin, pour permettre à un plus grande nombre de familles de déjeuner ensemble, nous avons créé un accueil « relais de midi » jusqu’à 12h30.

Sur l’organisation des temps scolaires, nous avons eu à mettre en œuvre trois réformes nationales importantes :

ecole_Debelle_2

  • la création en 2008 du service minimum d’accueil dans les écoles les jours de grève enseignante.
  • la semaine scolaire a été concentrée sur 4 jours par la suppression du samedi matin en 2009.
  • En 2013, nous nous sommes attachés à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires et le retour à 4,5 jours, dont les premiers éléments de bilan sont positifs.

Nous préparons également l’avenir.

Pour nous permettre d’élargir notre réflexion et de confronter nos expériences, Voreppe a adhéré au Réseau Français des Villes Educatrices et signé l’appel de Bobigny.

Les évolutions futures de la commune en matière d’habitat auront une conséquence positive pour nos écoles. Pour anticiper et disposer d’une vision prospective pour l’organisation future, nous avons mené une étude sur la répartition des élèves sur nos quatre groupes scolaires. Fort de ces conclusions présentées au conseil consultatif de l’éducation nous travaillons à l’élaboration de la future carte scolaire de Voreppe.

Toutes les actions menées, toutes les sommes engagées, toutes les relations nouées… demeurent guidées par le seul intérêt des enfants, leur réussite et leur épanouissement.

Ils sont les forces vives de demain.


Note de bas de page

[1] ce cahier des charges garantit a minimum, une composante bio par semaine et un repas équitable par mois, en privilégiant au maximum l’approvisionnement local. Après quelques années de mise en place de ce cahier des charges, ce sont aujourd’hui 3 composantes bio qui sont servies par semaine aux enfants (4 si on compte le pain). Les efforts engagés dans cette démarche se concrétisent certes lentement, mais sûrement, le temps que les filières bio et locales pour la restauration collective se mettent en place, avec notre soutien (Axe 4 du point 4 du projet de territoire).

Ce contenu a été publié dans La gestion de la commune. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.