Le projet de l’Hoirie ne correspond pas aux attentes des Voreppins ?

megaphone« Le projet de l’Hoirie tel qu’il est aujourd’hui, ne correspond pas aux attentes des Voreppins. C’est un urbanisme dogmatique et militant. » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #01

Il ne répond pas à l’attente des riverains qui le font bruyamment savoir et demandent moins de logements, moins de logement social et, plutôt qu’un supermarché, « un commerce de proximité préservant le commerce local ».

La situation à notre arrivée en 2008

Le classement des parcelles au Plan d’Occupation des Sols

(Le Plan d’Occupation des Sols (ou POS) est l’ancien document d’urbanisme auquel succède aujourd’hui le Plan Local d’Urbanisme (ou PLU)).

Le secteur de l’Hoirie est classé depuis au moins 1979 en zone NA (c’est-à-dire, comme permettant de réserver des zones naturelles pour l’urbanisation future de la commune). Il a été maintenu à chaque révision de POS. Il est donc prévu à la construction depuis 35 ans et les riverains le savent.

En 2002, l’étude urbaine réalisée par la précédente municipalité a préconisé l’élargissement de la centralité de Voreppe sur l’axe centre bourg / Gare. Le positionnement de la mairie en est le premier élément et l’urbanisation de l’Hoirie en découlait. D’où l’accélération de ce dossier (projet Mathé puis le notre).

Le foncier

La mairie ne détenant aucun terrain sur ce secteur, son urbanisation allait nécessiter de longues et difficiles tractations avec les propriétaires.

En 2004, alors que la municipalité Mathé travaillait sur son projet, 1 hectare de terrain au prix de 37 € le m2 est proposé à la vente. F. Mathé refuse de préempter contre l’avis de notre groupe et de son adjoint à l’urbanisme, J-F. Sarciron.
M. Coppa (promoteur) se saisit de l’aubaine en nous revendant aujourd’hui le même terrain 50 € le m2 (opérant ainsi une plus-value de 130 k€ sur le dos de la collectivité).

Une occasion ratée que l’on paye aujourd’hui.

Les projets

1 – Un projet élaboré durant la municipalité Hannoun (1981)

Il y prévoyait la construction de la mairie et d’un quartier en habitat collectif, première ébauche de l’élargissement du centre vers ce secteur.

Concertation : ce projet est resté au stade de projet et n’a jamais été rendu public.

2 – Le projet Mathé

Le scénario retenu, lui aussi jamais rendu public, comportait 219 logements. Le supermarché se situait au milieu du quartier et au premier niveau d’un immeuble de plusieurs étages. F. Mathé demanda par la suite à l’urbaniste en charge du dossier, de renforcer le haut du quartier, en remplaçant les maisons de villes prévues par de l’habitat intermédiaire. Cela amenait le nombre de logements à 230 environ. (Voir le site internet de la ville de Voreppe – habiter/actualité des projets urbains/Hoirie).

Concertation : F. Mathé a refusé toute concertation sur ce projet pourtant bien avancé malgré des demandes pressantes de notre groupe et de certains élus de sa majorité dont J-F. Sarciron (adjoint à l’urbanisme).

3- Notre projet

Il s’inscrit dans la continuité de l’étude urbaine et du projet Mathé. Mais il correspond aussi à notre volonté de proposer du logement diversifié sur Voreppe et de ne pas laisser la main libre aux seuls promoteurs.

Nous avons voulu travailler le projet autour d’un Projet Urbain Partenarial (PUP) [1] qui a vite trouvé ses limites par l’absence de foncier communal. Nous avons donc fait le choix de l’outil ZAC [1] (Zone d’Aménagement Concertée), qui permet à la collectivité un pilotage plus facile.

Concertation : Dès les premières semaines du mandat, nous avons reçu les riverains auxquels le projet Mathé n’avait jamais été présenté. Nous les avons informés de notre volonté de continuer à le travailler. Les riverains ont exprimé une opposition de principe dès nos premières rencontres et l’association « Protégeons l’Hoirie » s’est créée presque immédiatement avec pétitions et présences régulières au Conseil Municipal.

Beaucoup de rencontres ont eu lieu après la première délibération sur le programme initial (juin 2010) qui prévoyait alors entre 260 et 290 logements. Quelques points ont évolué :

  • Passage de 290 logements à 250
  • Suppression d’une voie routière est/ouest sur le haut du quartier, devenue une voie verte depuis
  • Attention particulière sur la hauteur des constructions du haut et sur le maintien d’une coupure verte entre la zone pavillonnaire existante et le nouveau projet.

L’opposition pourrait-elle changer le projet ?

Sur sa densité ?

Le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT), document d’urbanisme donnant les prescriptions à respecter a minima, impose sur ce secteur une densité minimale de 0,5 [2]. Les Plans Locaux d’Urbanisme doivent être compatibles avec le SCoT. La densité du projet actuel respecte ce strict minimum. La diminuer induirait un risque juridique pour le PLU et tous les permis de construire.

Sur son coût ?

megaphone« Ce projet serait trop lourd pour les finances municipales » Luc Rémond – Voreppe 2014, Lettre #01

Le coût actuel pour la collectivité est de 2,5M€.

A notre demande, la CAPV a retenu le quartier de l’Hoirie comme un quartier structurant pour le territoire du Pays Voironnais.

Dans ce cas, le Pays Voironnais devient alors maître d’ouvrage et le coût est pris en charge par la CAPV (il sort du budget communal).

Pour cela, le projet doit répondre à des critères précis :

  • être compatible au SCoT : 0,5 minimum de densité
  • comporter de la mixité sociale et fonctionnelle (logements, services, commerces)
  • être compatible aux objectifs du projet de territoire du Pays Voironnais.

Si l’opposition limite la densité et le nombre de logements sociaux, le projet ne sera pas retenu par la CAPV et le coût de l’opération sera alors payé par la commune.

Si elle diminue le nombre de logements, les frais de mise en place des réseaux (écoulement des eaux pluviales, réseaux électriques, chauffage urbain,…) qui sont quasiment fixes, se répartiront sur moins de logements. Les promoteurs répercuteront certainement le surcoût aux futurs propriétaires et locataires, et une partie (proportionnelle) sera à la charge de la commune.

La cohabitation du supermarché avec les commerces actuels du centre-Bourg.

La superficie de vente alimentaire à Voreppe est jugée insuffisante par les spécialistes [3]. Son augmentation pourrait permettre de fixer une partie des habitants qui trouveraient ainsi l’essentiel pour leur quotidien dans la commune, y compris en allant chercher le complément dans les commerces du centre-Bourg, auxquels nous sommes très attachés.

Sur le projet de Marché U à 2000 m2 dans le quartier de l’Hoirie, l’Association des Commerçants et Artisans de Voreppe a donné son accord de manière officielle à la Commission départementale d’aménagement commercial [4].


Notes de bas de page

[1] Ces outils permettent d’obliger les opérateurs (propriétaires, promoteurs…) à contribuer au financement des équipements publics nécessaires à l’aménagement du quartier. Chaque outil (PUP, ZAC,…) a ses propres spécificités réglementaires et de procédures.

[2] Pour une densité de 0,5 , un terrain de 1000 m2 doit avoir une construction d’au moins 500 m2 de surface de plancher soit la moitié de sa superficie. La densité du centre-bourg est voisine de 1, celle de Bourg-Vieux autour de 0,9.

[3] Deux études ont été réalisées sur ce point en 2004 et 2010 par la CAPV.

[4] Gérée par la préfecture, la CDAC délivre les autorisations d’exploitation commerciale.

Ce contenu a été publié dans Halte à la désinformation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le projet de l’Hoirie ne correspond pas aux attentes des Voreppins ?

  1. Madame, Monsieur,

    Dans cet article, l’expression « opposition de principe », nous semble fort éloignée des faits et très mal venue.
    En effet, en utilisant le « de principe » vous portez un jugement de valeur (négatif en l’occurrence) sur le bien fondé des actions des riverains à l’initiative de l’association PROTÉGEONS L’HOIRIE.

    Nous en prenons note.

    « La critique est aisée, mais l’art est difficile » …

    Salutations.

    L’association Protégeons l’Hoirie

  2. Voreppe Avenir dit :

    Madame, Monsieur,

    Nous avons toujours reconnu l’association des riverains de l’Hoirie comme interlocutrice légitime. En témoignent les nombreuses séances de travail pour faire évoluer le projet.

    En ce qui concerne l’expression « opposition de principe » que vous trouvez mal venue, les propos du Président de votre association rapportés par le Dauphiné Libéré (article du 18/12/2012) restent tout à fait explicites.

    « Enfin, si vous voulez le fond de ma pensée, même les 200 [logements], je n’en veux pas… »

    Voreppe Avenir

  3. Madame, Monsieur,

    Comme vous le signalez vous-même en reprenant mes propos « le fond de ma pensée », il s’agit donc bien de ma pensée en tant que personne et en mon non propre dans l’article cité.
    Dans notre précédent message, nous avions simplement signalé votre emploi mal approprié du terme « opposition de principe » pour qualifier notre association.
    Nous pourrions comme vous, entrer dans une mauvaise polémique en sortant à foison des petites phrases de J Duchamp tirées de lettres ou autres articles (sur l’Hoirie par exemple…)
    Nous pourrions alors vous rappeler toutes ses contradictions et ses promesses de campagne.
    En vous détournant volontairement du sujet évoqué, vous avez pris le parti de m’attaquer personnellement.
    Cette réaction totalement hors de propos n’est pas à votre honneur et montre une fois de plus votre manque de compréhension sur les inquiétudes des Voreppins qui s’opposent à votre projet.
    Alors non, définitivement nous ne jouerons pas à ce jeu là avec vous.
    Les lecteurs et futurs électeurs mériteraient au moins le respect et l’honnêteté.

    Jean-Claude Fromaget (en mon nom propre)

  4. trevisson jean françois dit :

    NOUS NE VOULONS PAS UN RETOUR AU COMMANDES DE LA MAIRIE DE VOREPPE DE GENS QUI NE PROPOSE QUE DES CRITIQUES DE LA MUNICIPALITE SORTANTE ALORS QUE CES « VOREPPINS » là ont la memoire courte et leur armes favorites est :calomnier au lieu de respecter
    leurs adversaires je ne suis pas toujours pour les options du maire mais il faut rendre a cesar ce qui est a cesar :né a voreppe j’ai passé la soixantaine et elever 4 enfants dont 3 sur quatre vivent a voreppe j’ai militer pour la construction de l’ecole stravinski avec jean duchamps j’ai presidé le sous des ecole de ce quartier et je n ai pas oublié le mepris de certains membres qui soutiennent ou animent cette liste « raymond » tien c’est drole je ne connait pas cette personne et pourtant j’habite la comune depuis toujours; mes parents ont vécus depuis leur mariage et sont decedes a voreppe j etais avec ceux qui ont participé a « l’occupation de la mairie de voreppe afin de faire signer par le maire la promesse de s’engager a la construction de l école stravinski je ne suis pas membre du ps mais je respecte et estime l ‘homme avant le titre et je demande a ces oposants un peu de sincerité plutot que de l’agressivite;

Les commentaires sont fermés.