Service rendu et masse salariale

Réduire notre masse salariale sans réduire les services rendus à la population et en  valorisant les agents, une équation difficile mais pas impossible…

Service rendu et masse salariale

Marie-Sophie NEUBERT

Marie-Sophie NEUBERT

Comme cela a été rappelé en Conseil municipal, lors du vote du budget, Voreppe a la masse salariale par habitant la plus élevée du Pays Voironnais.

Les personnels de la ville, qui font le ménage, plantent des fleurs dans les espaces publics, nettoient les trottoirs, ont déneigé si souvent cet hiver, ceux qui sont utiles chaque jour aux habitants, leur coûtent peut-être plus cher que dans une autre commune.

La masse salariale est élevée; pourtant les agents sont mal indemnisés pour leur travail et leur dévouement, parfois de façon injuste. Le poids de l’histoire et des affinités a joué.

Des efforts sont faits et se poursuivront pour améliorer ce traitement : régime indemnitaire, titularisation d’agents sous contrat précaire, formation adaptée aux fonctions et aux besoins. Effort sur les recrutements, mieux adaptés, sans remplacer poste pour poste quand ce n’est pas nécessaire.

La question posée – le personnel est il plus nombreux que nécessaire ? – mérite une réponse nuancée.

A Voreppe, peu de missions sont confiées à d’autres entreprises, ce qui peut l’expliquer, puisque la ville en exécute elle-même l’essentiel.

En Isère, la commune se situe dans une moyenne haute.

Néanmoins, l’évolution démontre une certaine maîtrise par rapport à une période antérieure à 2000, où les recrutements ont été nombreux, mal adaptés aux besoins, sans description de poste clair, là encore au fil des affinités.

La collectivité devra concilier deux enjeux : une masse salariale stabilisée, et la plus juste possible, pour que la population bénéficie toujours d’un service efficace.

Marie-Sophie Friot Neubert, pour le groupe Voreppe Avenir – Mai 2010

Ce contenu a été publié dans Tribunes Ressources & Moyens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.