L’héritage de l’histoire

Une critique illustrée du manque de rigueur de nos prédécesseurs, et des conséquences actuelles...

L’héritage de l’histoire

François MARTIN

François MARTIN

Les décisions d’une équipe municipale sont parfois lourdes de conséquences qui peuvent se reporter sur les générations suivantes.

C’est ainsi que, dans les années 60, le maire a autorisé la construction de lotissements et d’entreprise à l’aplomb des falaises des Balmes. Aujourd’hui, nous nous devons, afin de sécuriser les habitants, de réaliser des travaux pour sécuriser au mieux la falaise.

Ces travaux, d’environ 2 millions d’euros ne feront que retarder de quelques décennies l’érosion inéluctable des falaises.

Plus récemment, en 2005, la décision prise de refuser un permis de construire dans le quartier de Charminelle, sous la pression de quelques voisins mécontents.

Le permis était parfaitement légal et conforme au plan d’occupation des sols (POS). L’actuelle mairie s’est retrouvée en procès contre le promoteur et a perdu. Elle est contrainte de payer une indemnité de 300 000 €.

En cette période de crise, l’actuelle équipe municipale aurait préféré placer l’argent des contribuables ailleurs…

Aujourd’hui, la mise en place de l’agenda 21 permettra au mieux d’éviter ces gâchis.

Le nouveau plan local d’urbanisme (PLU), sera établi selon ce protocole. Il constituera une étape essentielle pour garantir au mieux une cohérence dans l’urbanisation de la commune et assurer une qualité de vie pour le plus grand nombre et de façon durable.

Il rentrera en vigueur en 2013. En attendant, malgré ses imperfections, le POS reste la référence à appliquer.

Nous devons toujours traiter les problèmes dans leur globalité afin de proposer des solutions cohérentes et durables. Ainsi, des règles équitables et bien pensées restent la meilleure arme contre les abus ou les erreurs.

François Martin, pour le groupe Voreppe Avenir – Octobre 2012

Ce contenu a été publié dans Tribunes Aménagement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.