Toujours plus… mais pour aller où ?

Je consomme, tu consommes, nous consommons…

Toujours plus… mais pour aller où ?

Valérie Barthel

Valérie Barthel

Depuis 50 ans, le temps moyen passé au travail a diminué. En parallèle, les améliorations technologiques associées au progrès ont contribué à alléger certaines de nos tâches domestiques (lave-vaisselle, lave-linge,…).

Nous avons ainsi plus de temps à consacrer à nos loisirs, notre famille, nos amis…

Mais le progrès et les gains de productivité ont aussi permis de fabriquer toujours plus de choses superficielles avec une durée de vie parfois aussi courte que le temps pris pour leur achat.

La publicité, les promotions, l’« illimité » font partie de notre vie, nous donnant l’illusion de répondre mieux à nos besoins ou de payer moins cher un service qu’on nous vante toujours meilleur.

Et pourtant tout cela a un coût.

Un coût pour chacun d’entre nous conditionné à acheter trop de superflu.

Un coût environnemental pour fabriquer ces objets, les transporter, les vendre et au final les collecter sous forme de déchets.

Un coût humain car le temps utilisé à consommer se fait au détriment de celui passé avec nos proches ou les personnes qui sont dans le besoin, à s’ouvrir aux autres, ou simplement à se détendre, lire, se reposer.

La qualité de vie que nous trouvons à Voreppe est en partie liée aux associations et aux commerces de proximité qui structurent notre vie locale et favorisent le lien social.

Soutenons nos associations en donnant un peu de notre temps pour les accompagner.

Soutenons nos artisans et commerçants de proximité qui nous proposent ce dont nous avons besoin avec le sourire et sans chercher à toujours nous vendre plus.

Nous y gagnerons tous.

Valérie Barthel, pour Voreppe Avenir – Février 2012

Ce contenu a été publié dans Thèmes plus généraux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.