Des ressources en baisse

Les difficultés de l’exercice d’un premier budget, dans un contexte peu favorable…

Des ressources en baisse

Michel BERGER

Michel BERGER

L’audit réalisé, à notre demande, par le trésorier/payeur au printemps 2008 mettait en évidence notre capacité à poursuivre une politique d’équipement, tout en veillant aux dépenses de personnel et sans ignorer des marges de manœuvres fiscales réduites.

Mais, le contexte financier du Pays Voironnais complique considérablement la tâche.

Le nouvel exécutif est confronté à une double problématique :

  • structurelle : les dépenses d’investissement engagées sans précaution par l’ancienne majorité sont plus importantes que les recettes (taxe professionnelle en baisse sensible depuis plusieurs années),
  • conjoncturelle : la liquidation des Papeteries Matussière et Forest.

L’instauration d’une fiscalité additionnelle a été proposée par J.P Bret, Président de la CAPV. Elle aurait consisté à rajouter aux taxes d’habitation, foncier bâti et non bâti, une ligne spécifique au profit du Pays Voironnais. Proposée le 20 décembre 2008, elle n’a pas été mise aux voix : une forme de prise en otage du Conseil Communautaire a été organisée par la fraction UMP du Conseil qui la proposait pourtant il y a deux ans. Dommage, la fiscalité additionnelle était socialement plus juste : la taxe d’habitation tient compte du revenu du foyer et permet aux familles les plus en difficulté d’être exonérées. A l’inverse, la TEOM s’adresse essentiellement aux locataires ou aux propriétaires occupants et aucune exonération n’existe.

Tout cela se traduit donc pour Voreppe par une baisse du budget de 350 000€ et une augmentation de 23% de la TEOM pour les ménages. La perte totale pour Voreppe pourrait atteindre 600 000€ dans les années à venir sauf négociations favorables.

Confrontée à une baisse de ses ressources de l’ordre de 5%, la commune va être contrainte de réexaminer l’ensemble des actions engagées, afin de dégager de nouvelles marges de manoeuvre, pour pouvoir maintenir les dépenses de solidarité et les investissements indispensables. En même temps, les délégués communautaires seront présents dans toutes les instances du Pays Voironnais qui travailleront à la remise à plat des différents modes d’attribution des dotations.

Dire que nous aurions espéré d’autres circonstances est un doux euphémisme !

Michel Berger, 2e Adjoint chargé des finances et de la coordination budgétaire – Mars 2009

Ce contenu a été publié dans Tribunes Ressources & Moyens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.